Albanie quand tu nous tiens !

Etant restes assez loin des grandes villes pendant quelques temps, il nous a ete plus difficile de vous faire parvenir des nouvelles. Arrives a Athenes le 21 avril, apres un peu moins de 3000 kilometres parcourus a velo, on reprend le fil des actus du voyage. On vous a quittes sous la pluie a quelques kilometres de la frontiere entre l’Albanie et le Montenegro.

L’Albanie, on y a passe un peu plus de temps que prevu. Pourquoi? Parce que les attaques de chiens errants etaient frequentes, parce qu’on a creve dix fois chacun sur des pistes defoncees, parce que les gens ne nous ont jamais aides a trouver notre chemin… Et bien non, pas du tout, c’est tout le contraire!

Albanie_Photo 1

Certes, la meteo pendant nos trois premiers jours dans ce pays nous a effectivement ralentis. Des trombes d’eau et des temperatures bien fraiches (neige sur les hauteurs) nous ont incites a prendre deux jours de repos. Comme on vous l’a raconte dans notre precedent message, cela nous a donne une premiere occasion de faire de sympathiques rencontres dans le petit village de Barbullush. Ne le cherchez pas sur les cartes, vous ne le trouverez peut-etre pas…

Ensuite, il faut reconnaitre que l’etat de certaines routes ne nous a pas permis de maintenir notre moyenne habituelle de 43kms/heure… D’accord, disons plutot qu’il etait difficile de rester sur notre vitesse de croisiere, qui tourne autour des 15-16kms/heure. Car il faut s’attendre a tout sur les routes albanaises : de moelleux enrobes bien lisses et sans accros qui relient parfois des petites villes, des autoroutes desertes et « securisantes » avec leur grande bandes d’arrete d’urgence mais aussi des petites routes pleines de nids de poules voire d’autruches qui sont pourtant marquees comme des axes principaux sur les cartes routieres! Ajoutez a cela l’absence frequente de panneaux directionnels, qui vous amene a demander votre chemin a chaque croisement, et vous diminuez serieusement votre vitesse moyenne a velo! Mais tout ca etait pour le mieux finalement, car c’etait l’occasion de nombreux echanges avec les habitants toujours prets a nous aider et a nous indiquer le chemin. Et puis il faut dire que nous ne nous sommes jamais sentis aussi en securite sur les routes depuis le debut du voyage : en Albanie, les routes (y compris les autoroutes) sont partagees par les charettes, les brebis, les mercedes, les velos, les scooters, les camions, les poules et autres gallinaces… si bien que personne ne roule particulierement vite et que tout le monde se respecte.

Albanie_Photo 2

Surtout, si nous avons pris notre temps en Albanie, c’est parce que nous y avons fait de belles rencontres… La famille Rrethaj a Barbullush, la famille Cenja a Cerrik, la famille Lamaj a Mallakaster nous ont accueillis avec une grande gentillesse et nous ont permis de comprendre un peu mieux le pays. Autour de (trop) nombreux traditionnels cafe-raki, on a observe une vie familiale tres dense avec plusieurs generations sous le meme toit ou dans le meme village, mais aussi l’eloignement lie aux migrations des enfants ou des parents vers l’Italie ou la Grece pour apporter des revenus aux familles restees au pays. Tous avaient egalement une activite agricole vivriere avec souvent une vache, un ane, du jardin et bien sur des poules qui picorent tout azimuts. Outre les oeufs, nous sommes repartis avec dans nos saccoches ici du lait frais, la des oeufs, une autre fois des oranges ou encore du pain maison…

Albanie-photo 3
Albanie_photo 4

Au dela de ces bons moments partages, le decalage etait tout de meme grand entre nous, « petits bourgeois » cheminant a velo pendant une annee, et ces familles qui aspirent a une vie plus confortable et pensent plutot a emigrer vers l’Allemagne ou la France pour travailler ou etudier. Comme nous a explique (en italien) l’un des hommes rencontres sur la route, « si vous voulez voir le monde, faites le en Mercedes ou en avion, mais pas a velo! ». La question de l’ecologie apparait derisoire dans un pays ou la priorite reste le developpement economique post-communiste…

Albanie_Photo 5 ok

Le decalage, on l’a aussi ressenti en matiere de religion. Nous sommes arrives en Albanie pour la fete de Paques, tres importante pour la population chretienne du pays, et on nous a d’ailleurs offert les oeufs traditionnels a de nombreuses reprises. Mais nous avons aussi sejourne dans un village entierement musulman. Entre l’appel du muezzin resonnant regulierement, les chants orthodoxes que nous avons ecoutes a Tirana et la recurrence de la question de notre appartenance religieuse, le fait religieux nous a paru tres present sans pour autant etre pesant… enfin, si l’on excepte la traditionnelle separation homme/femme (et la division du travail qui va avec!) que nous avons observee partout et meme experimentee dans une famille : epluchage de patates avec les femmes pour Helene pendant que Steph partageait le raki et blablatait avec les hommes dans une autre piece…
On aurait aussi pu vous parler des paysages de montagne grandioses que nous avons traverses, des amoncellements de dechets plastiques et des services publics qui ne semblent pas particulierement efficaces en matiere de ramassage, de l’ambiance dans la capitale cosmopolite et un peu excentrique de Tirana, des immenses friches industrielles post-sovietiques dans les plaines ou encore des petits puits de petrole que nous avons decouvert avec surprise dans la region de Kelcyre… de quoi passionner notre Caro geographe!

Albanie_photo 6
Albanie_photo 7

Bref, l’Albanie, on y serait bien restes un peu plus, mais il fallait bien continuer a avancer… direction la Grece!

helene

2 commentaires

  1. ecole Jules Ferry

    Merci pour tous ces commentaires qui seront lus en classe dès lundi (rentrée scolaire de la zone C)
    Bonne continuation en Turquie!!

    Pour la classe du CM2 M LEWKOW Frédéric, l’instit

    Répondre
  2. stéphanie

    Salut!

    Hélène, on voit bien que tu sors de X années de rédaction de ta thèse, tu as une jolie prose!
    Petite question les mais: en quelle langue arrivez-vous à communiquer? Vous parlez de l’italien mais tout le monde, en Albanie, ne parle pas italien j’imagine?

    Profitez encore et toujours, nous, on pense à vous!

    Bises,

    Steph (anie)

    Répondre

Laissez nous un petit commentaire !

En route avec Caro - tous droits réservés | Mentions légales Réalisation : Thematik.
Partages !