Directement dans le bain !

Arrivée au Centre de Kerpape le 13 juin vers 10h.
On traverse un magnifique parc qui débute par une crèche pour tout-petits dont la cour est une pelouse – j’adore tout de suite l’idée ! Puis face à l’accueil du Centre en lui-même, en ouvrant la portière de la voiture, ce sont mes narines qui sont chatouillées : l’iode les titille. Je sens la mer… non, l’océan. Et rien que ça, ça me fait du bien. L’accueil au bureau des entrées est des plus chaleureux. Je ne connais pas la Bretagne, et mine de rien ces premiers échanges font beaucoup dans l’idée que je me ferai plus tard de la région.
Installation dans ma chambre : vue sur le parc et la mer, un bureau pour travailler, rien à redire, tout est là pour que je puisse avancer au mieux. Pierre repart trop vite pour attraper son train-retour sur Marseille, et moi je reste un moment à regarder par la baie vitrée ouverte : les couleurs de la végétation, les reflets sur l’eau un peu plus loin, puis l’île de Groix, juste en face… Et un environnement sonore parfait pour moi, celui des oiseaux – beaucoup de goélands, mais pas seulement – et un lointain va-et-vient, la marée dont je ne sais si elle est montante ou descendante.
J’essaie de photographier le plan de Kerpape dans ma tête – ce qui ne m’empêchera pas de me perdre en permanence les deux premiers jours tellement le Centre est vaste. Je feuillette le dossier de présentation de ce C.M.R.R.F. (Centre Mutualiste de Rééducation et de Réadaptation Fonctionnelles), ainsi que son règlement intérieur… 11h15, Delphine l’infirmière passe me chercher, nous avons RV à 11h30 avec le Docteur Pierre Verschoore pour faire le point et fixer les objectifs de mon séjour.
Réunion donc avec le médecin et l’infirmière, Olivier, le chef des orthoprothésistes, Fabienne, ma future kiné, et Manon qui sera mon ergothérapeute. On élude le fait que je me suis battue pendant plus de cinq mois pour en arriver là. On parle de l’accident, des conséquences immédiates et où j’en suis dans mon quotidien et dans ma rééducation. On me demande aussi ce que je faisais comme métier et comme activités sportives. Tout le monde écoute, prend note. Mon objectif est simple : j’ai enfin acquis les genoux que je convoitais tant et je veux savoir jusqu’où je peux aller avec. Quelles en sont les limites, ainsi que, surtout, mes propres limites à moi. Pour cela, la nage avec prothèses palmées me semble aussi un objectif en soi. Pour le reste, je ne sais pas encore bien ce qu’offre le Centre, alors je me laisserai guider… Je serai servie en fin d’après-midi lorsque je découvrirai mon emploi du temps : un véritable entraînement de sportif.
Ça me donne la banane et un maximum d’entrain pour démarrer le lendemain. D’autant plus qu’entretemps, ce que je ne vous ai pas encore dit, c’est que cette fameuse journée de mon arrivée était aussi le jour du lancement du Fonds de dotation de Kerpape. L’ambiance était effervescente dans les couloirs car tout le monde voulait son selfie avec Michel Drucker, François Cluzet ou Omar Sy, qui avaient eu la gentillesse de participer à cette journée pour que l’info se diffuse au mieux. Et pour cause ! Le Fonds de dotation de Kerpape est destiné à poursuivre l’innovation au sein du Centre, mais aussi à acquérir du matériel non remboursé par la Sécurité Sociale mais qui améliore le quotidien et la réadaptation des personnes accidentés – autant vous dire que ça me parle plus qu’un tout petit peu, et que si vous ou votre entreprise veulent y participer, je ne peux que vous y inciter.
C’est en tous cas l’occasion pour moi de saisir dès le premier jour tout ce qui se fait à Kerpape en termes d’activités sportives (c’est bizarre, il n’y en a pas du tout aux Massues), et d’amélioration de la vie du patient via des prothèses, des orthèses mais aussi du matériel qui change la vie comme celui qui permet à des enfants de se baigner sans risquer de couler à tout instant faute de muscle, etc. Cette après-midi là, j’y ai vu pour la première fois des gamins faire du foot-fauteuil, j’y vois les vélos que je voulais essayer depuis si longtemps pour la Route de la Soie, j’y vois des tables de ping-pong, des filets de badminton, des fauteuils pour le basket… J’y vois d’emblée toutes les possibilités qui s’offrent à moi, plein de choses qui m’intéressent et que je connaîtrai tout bientôt !

(cherchez bien, je suis sur le reportage télé aussi – de loin…)

Petit aparté sur le Vector qui est une machine permettant à des personnes dans ma condition de réapprendre à marcher en toute sécurité. On est sanglé à une suspente accrochée à un rail au plafond, ce qui permet de faire ses pas en lâchant les béquilles puisqu’en cas de chute, le système vous rattrape avant que vous ne touchiez le sol. La machine est restée 3 jours à Kerpape – pour le lancement du fonds de dotation, plus le temps d’amortir une installation relativement fastidieuse (le matériel fait partie de ce que voudrait acquérir le Centre). Fabienne, ma kiné, a réussi à ce qu’on puisse m’allouer 45 minutes dessus, et j’ai pu lâcher les béquilles pour la première fois depuis l’accident. Malgré la médiocrité des images, démonstration :

 

caroline

2 commentaires

  1. A la suite de l’affreux accident dernier à Lyon, je vous ai vu Pierre et vous en tête du cortège et j’ai eu envie de revoir votre centre.Je visionne d’autres vidéos que je ne connaissais pas et qui montrent une fois encore votre volonté et détermination pour arriver à une certaine autonomie.
    Vos efforts paieront Caro, j’en suis sûre.
    Avec toute notre affection, Nicole et Jean-François.

    Répondre
  2. DEBRABANT

    Encore une fois bravo pour ces progrès! La vidéo est très touchante et montre une nouvelle fois votre détermination juste extraordinaire

    Répondre

Laissez nous un petit commentaire !

En route avec Caro - tous droits réservés | Mentions légales Réalisation : Thematik.
Partages !