En attendant l’été suivant…

Chères toutes, chers tous,

Que de temps depuis mon dernier post. Je vous prie de m’en excuser. Et surtout, j’espère n’avoir inquiété personne ; rien de grave, vous allez le voir.

Tout d’abord, la marche… encore interrompue plusieurs fois à cause de cette fameuse bursite au moignon gauche, qui se calme de temps en temps, mais ne disparaît jamais. À la fin du mois de juin, je n’arrivais plus à être en prothèses plus de dix/quinze minutes sans être obligée de déchausser à cause de la douleur. C’en fut trop pour moi lorsque celle-ci commença à me réveiller la nuit.

Petit aparté sur la question de mon sommeil : il est devenu sacré car j’ai toujours de la difficulté à le retrouver à cause des douleurs de mes membres-fantômes. Il m’arrive encore trop souvent de faire des nuits blanches, ou pratiquement. La solution immédiate serait la morphine – solution non satisfaisante sur le long, ni même le moyen terme.

Bref, y’en a plus que marre, et malheureusement, je n’en suis plus à une opération près. Les douleurs de membres-fantômes, on ne sait pas trop comment les traiter, mais la bursite et l’os qui repousse (insolent, celui-là !), on sait. Une IRM en poche, mon chirurgien a pu me voir très rapidement pour constater que, si cela devait continuer à retarder l’ensemble de l’appareillage, il était effectivement préférable de s’attaquer à ce qui est l’origine du problème : ce fameux fémur. Il va le raboter légèrement – juste les petites pointes douloureuses qui se sont formées à son extrémité (voir la photo-pirate de la radiographie de mai).

L’IRM a aussi révélé un névrome à l’arrière du moignon. Mais le rapport bénéfice/risque étant plutôt défavorable du fait de la complexe cicatrisation que nous avions finalement obtenue sans greffe de peau, nous avons décidé de ne pas y toucher.

Tout cela pour vous dire que je rentre à l’hôpital demain pour me faire opérer après-demain… ça, c’est dit !

20150727-Photo 1
Hélène et Steph sont en Ouzbékistan – à leur manière, à leur rythme. Un rythme humain qui leur permet d’échanger avec les personnes rencontrées, d’apprécier ces grands espaces et ces petits moments de bonheur. Continuez, mes chers amis, je vous suis chaque jour et vous envoie mes meilleures pensées.

Cinq mois maintenant  que le projet « En route avec Caro » a été lancé. À ce jour, ce sont plus de 2100 dons qui ont permis à l’association de réunir plus de 80.000 euros. Il y a encore quelques semaines, je n’aurais pu imaginer un tel élan de générosité. J’espère qu’il perdurera, et sous d’autres formes aussi.

Je continue à mes moments libres de répondre à tous les contributeurs qui ont envoyé un chèque. Les contributeurs via PayPal ont aussi reçu un courriel de remerciement. Même si je réussis presque à répondre individuellement aux donateurs par chèque, il semble qu’il va m’être impossible de le faire personnellement pour les contributeurs par voie électronique. Quel dommage ! J’aimerais tant pouvoir échanger ne serait-ce que quelque mots avec chacune et chacun de vous.

La collecte de dons faite au sein de l’entreprise dans laquelle je travaillais lors de l’accident, l’EML Business School, a été doublée par la direction pour arriver à un montant total de 22.400 euros. Je n’en revenais pas lorsque j’ai appris le montant de la bouche du directeur, M. Bernard Belletante (avec moi sur la photo ci-dessous), qui était à l’initiative de cette action solidaire. La remise du chèque eut lieu à la fête du personnel le 9 juillet dernier ; une belle soirée où j’ai eu tant de plaisir à revoir mes collègues et à les serrer dans mes bras. Mmmmm… que des bonnes vibs – merci à toutes et à tous :-))

Bon, autrement dit, nous avons passé la barre symbolique des 100.000 euros – ou celui d’un symbole encore plus fort pour moi : une jambe avec un genou à micro-processeur qui me permettrait de descendre et monter les escaliers – tout un programme…

20150727-Photo 2
Mais restons un peu plus sur l’aspect médical et financier de mon appareillage. Aujourd’hui, nous ne pouvons pas dire quels seront les genoux prothétiques que je pourrai utiliser. Je m’en étais arrêtée à des genoux à micro-processeur qui permettent de descendre des escaliers, ce qui est l’avant-dernier stade avant ces fameuses prothèses dont j’ai vu passer le devis à 100.000 euros l’unité. Allez, on ne lâche rien ! Et puis, on ne pense pas au fait que ces prothèses ont une durée de vie de 5 ans en moyenne – non, on n’y pense pas.

Ainsi, le montage de l’association avance. Nous parachevons son projet qui ne veut pas se limiter à un « exploit physique », celui du parcours de la Route de la soie en prothèses par une double-amputée trans-fémorale. On vise à mener des actions de fond : prévention des comportements à risque sur la voie publique, prise de conscience du fait que la voiture est une arme et que ce n’est pas pour rien qu’il faut un permis, changement positif du regard porté sur le handicap, lancement d’un projet cartographique participatif… que nous dévoilerons bientôt ! Car les statuts seront bientôt en ligne ; et un peu plus tard la comptabilité de l’association. Nous travaillons actuellement à la publication en ligne de l’appel à dons afin que l’utilisation de ce fonds soit totalement transparente. Au fur et à mesure de ma progression personnelle, de l’avancement de la procédure d’indemnisation et de l’essor de l’association, vous pourrez avoir sur simple demande le détail de l’emploi de votre contribution. L’appel à générosité qui est au départ du projet en route avec Caro sera clos au 1er décembre 2015. Et puis nous allons bientôt avoir besoin de bénévoles motivés pour nous aider à faire fonctionner les différents types d’actions envisagés…

Le Fonds de Garantie des Assurances Obligatoires (FGAO) est désormais en contact avec mon avocat pour démarrer cette (trop) longue procédure qui mènera un jour à mon indemnisation. Je l’espère juste, à la hauteur de ce que j’ai subi, ce que je subis encore actuellement, et ce que je vais encore endurer jusqu’à la fin de ma vie en termes de pénibilité, douleurs, etc. La procédure démarre seulement – il faudra bien s’y tenir malgré les désagréments induits par celle-ci.

Une avance sur indemnités m’a d’ailleurs été allouée, ce qui m’a permis d’emménager plutôt sereinement dans un nouveau logement adapté à mon handicap. Eh oui, car c’est tout de même la grande nouvelle – mieux que l’opération : je suis enfin sortie de l’hôpital ! Youpi, youpi et re-youpi !!! Mais désolée pour la qualité de la photographie – Pierre a un gadget à touche comme téléphone.

Bon, finis les bipbips dans les couloirs qui vous réveillent à partir de 6h du matin en semaine comme le week-end, finis les dîners à 18h alors que vous n’avez pas encore faim, finies les personnes qui rentrent dans votre chambre sans frapper sous prétexte que vous être un « patient » et n’avez donc pas besoin d’intimité… Non, fini, l’hôpital H24 ! Je revis, me retrouve, passe véritablement du temps à me reposer, à être avec Pierre, à sortir tout simplement dans la rue – de petites choses follement importantes, et si impactantes une fois mises bout à bout.

Désormais, c’est l’hôpital de jour. C’est plus court, et du coup plus intense, mais cela reste la meilleure alternative à une hospitalisation totale pour finir la rééducation d’une part, et d’autre part la réadaptation…

20150727-Photo 3

caroline

3 commentaires

  1. Hello Caro,
    Ravie d’avoir toutes ces bonnes nouvelles, et je réagis en dierct à ta demande de bénévoles motivés pour vous aider à faire fonctionner les différents types d’actions envisagées, compte sur moi je souhaite vous aider et mettre mes compétences à ton services !
    a très bientôt
    BIz

    Répondre
  2. Bonjour et merci pour ce partage d’un peu de votre quotidien.
    Parmi les douleurs et les questionnements (et non pas les doutes) quel magnifique chemin vous avez déjà parcouru.
    Au plaisir de vous lire.

    Répondre
  3. Helene et Steph

    你好Caro!
    Bloques dans un train sans couchettes depuis 26h, entre Kashgar et Turpan dans le Xinjiang, on profite de la tempete de sable pour t’envoyer une grosse bise de Chine mais aussi pour remercier tous les donateurs pour leur generosite.
    De tout coeur avec toi,
    Helene et Steph

    Répondre

Laissez nous un petit commentaire !

En route avec Caro - tous droits réservés | Mentions légales Réalisation : Thematik.
Partages !