En ce qui concerne le volet judiciaire…

Caro de front judiciaire

C’est vrai que j’en parle rarement, mais le volet judiciaire de mon accident fait quoi qu’il en soit pleinement partie de ma vie d’aujourd’hui. J’en parle ici car c’était à mon agenda des derniers mois avec témoignage auprès de la juge, expertise psychiatrique en deux phases, et peur de me retrouver en face de mon agresseur alors que celui-ci ne s’est pas manifesté en l’espace(-temps) d’une année et qu’il sortait de prison.
Je ne peux me résoudre à mettre ce volet de côté, tout simplement parce que je ne vis pas dans une grotte, mais en société, comme vous, avec vous. Il est arrivé quelque chose dont je vais devoir endosser les conséquences jusqu’à la fin de ma vie, et la personne qui m’a fait cela a une dette envers la communauté. Vite dit, ce serait la justice au sens large.
Certes, j’aurais pu me trouver vingt mètres derrière, ou vingt mètres devant, et on en aurait été quittes pour une bonne frayeur. Malheureusement j’étais juste là au moment il n’aurait pas fallu l’être – on en connaît les conséquences… Ça aurait pu aussi être pire. Il aurait pu y avoir un couple, ou un groupe d’amis, ou une famille entière à ce niveau du trottoir. Croyez-moi, les conséquences auraient été catastrophiques. D’ailleurs, quelques dizaines de mètres avant de me percuter, mon agresseur a failli renverser une femme avec son enfant en poussette.
« Piétonne sur un trottoir »… je me le répète en boucle dans la tête et me (re-)dis que cela n’aurait jamais dû se passer, que j’avais pleinement le droit d’être là, à ce moment, et en sécurité. Par contre, lui, n’avait pas le droit de prendre le volant après avoir passé l’après-midi à boire et à fumer. Non, il ne l’avait pas – ce droit. Conduire implique des devoirs. Il faut un permis pour cela. Allô !!! Allô ??? Un permis ! Oui, un permis implique une dangerosité et par conséquent des devoirs, comme pour n’importe quel permis, comme celui du permis bateau, du permis de chasse, du permis de port d’arme. Oui, je le dis et le re-dis, la voiture, si elle rend bien des services, peut aussi être une arme, une machine à tuer. Pas besoin d’argumenter cela, on a tous quelqu’un de plus ou moins proche qui a été touché ou tué dans ou par une voiture.
Encore aujourd’hui lorsque je regarde la situation avec ces 14 mois de recul, je continue à me dire que c’est dément : pas de permis, pas d’assurance, largement alcoolisé, passablement THCisé, faisant un délit de fuite et à 110 km/h en ville ! Comment peut-on être si peu responsable ? Pfffffff en fait je préfère arrêter là mes commentaires – d’ailleurs, je ne suis pas sûre d’avoir le droit de les faire tant que le jugement n’est pas passé.
Ce que je peux vous dire, c’est la manière dont les choses se sont déroulées judiciairement parlant.
La voiture n’était pas à la personne qui m’a percutée avec. Surprise ? Ben… il n’avait pas de permis quand-même ! Bon, il a abandonné le véhicule un peu plus loin mais a été retrouvé quelques heures après l’accident – après audition du propriétaire (la personne non assurée, vous suivez toujours ?). Bref, faisons court, à partir de là, c’est 48h de garde-à-vue, puis 4 mois de préventive qui peut être renouvelée deux fois si les juges estiment qu’il y a risque de récidive. Deux fois la préventive a été renouvelée, c’est le maximum, il est donc sorti… à vos calculettes… 4 octobre 2014 + 2 jours + 4 x 3 mois = ? Le plus rapide a gagné une papillote !… Oui, il est sorti le 6 octobre 2015. Je ne vous dirais pas ce que cela a produit en moi – complexe, le sentiment. Mais voilà, maintenant on attend le jugement. Pour lui, peut-être quelques années de prison. Pour moi, une vie (d’)amputée… jusqu’au bout !
Soyons clairs. Comme je l’ai déjà dit plusieurs fois, pas de haine, ça ne servirait à rien. Par contre, que ça ne recommence pas ! Et c’est bien là tout l’enjeu de ce que ce que je souhaite, entre autres, faire avec En Route Avec Caro : faire prendre conscience des Drames, oui des drames avec un grand D, que ce genre de comportement entraîne – pas seulement pour la victime mais pour tout l’entourage – aussi, et parfois surtout. C’est le comportement de mon agresseur que je condamne, pas forcément les conséquences – même si forcément, je les déplore. Imaginez le même accident dont l’auteur aurait été une personne qui aurait perdu le contrôle de son véhicule à cause d’un malaise ou d’un défaut mécanique. Mêmes conséquences, vous allez me dire. Et moi, je vous répondrais : oui, mais (presque) inévitable, alors que le gars qui prend le volant avec plus de 2 grammes dans le sang, c’est (totalement) évitable ! Là est toute la différence. Et je rajouterais même que lorsque l’on cumule plusieurs délits, ça ne peut plus relever du délictuel. Doit-on alors dire que c’est un crime ? Qu’une blessure ou un homicide involontaire relèvent de la criminelle peut paraître un peu fort. Il faudrait donc créer une catégorie intermédiaire qui n’existe pas encore dans le droit français. À suivre…

caroline

10 commentaires

  1. bonjour
    je suis tres touchèe par ce qui vous est arrivèe caroline ,etant moi meme amputèe des 2 jambes plus les doigts… des 2 mains suite a un choc septique en 2008…je comprend d’autant plus votre combat et l’envie de remarcher et je vois que les projets ne vous manque pas..c’est beau de vous savoir tres entourèe et faire tout ce que vous faite….
    je vie a peu pres normalement avec de l’aide…je conduis et me suis mis a l’ordinateur ayant du mal a ecrire…..
    je connais tres bien les massues et me laroyenne ayant ete hospitalisèe de longs mois…
    peut etre nous rencontrerons nous un jour lors d’une visite aux massues ..qui sait …..
    continuez bien la route avec votre courage a surmonter les obstacles…..je connais….
    je vous embrasse
    me morel bernadette

    Répondre
  2. duffner

    Chère caro

    J’ai beaucoup d’admiration pour ton courage et ton souhait de faire la route de la soie

    Je fais partie bénévolement d’une association qui organise des loisirs pour les personnes handicapées

    Amicalement.

    eliane

    Répondre
  3. Bonjour,
    hé oui, au quotidien on oublie trop facilement qu’un véhicule est une arme de par son poids et sa vitesse, par l’énergie cinétique que contient n’importe quelle voiture roulant ne serait-ce qu’à 30 km/h.
    J’en prends conscience lorsque je troque mon vélo quotidien pour une voiture, je réalise alors quelle puissance considérable je manipule, juste par ces commandes sur lesquelles on n’applique qu’un modeste effort. Conduire une voiture est si facile (du point de vue de la faiblesse de l’effort physique à fournir) qu’on en oublie bien trop vite combien de kW et donc de puissance destructrice potentielle on transporte.

    Céline (de la grotte aux vélos couchés)

    PS :
    je connais quelqu’un qui travaille aux Massues, c’est Tiphaine qui s’occupe des réparations de fauteuils roulants, peut-être l’avez-vous rencontré ?

    Répondre
  4. Caro

    it is nice in Vietnam to hear your story. you are very very good friends. do hope to see you in Hanoi on your new legs

    best wishes to you
    Chien

    Répondre
  5. Bonjour Chère Caro
    je vous suis depuis un petit bout de temps. En premier lieu , je tiens à vous souhaiter tous mes meilleurs vœux.
    la réussite dans vos projets et de garder un moral d’acier.

    Concernant tout ce que vous dites je suis entièrement d’accord avec vous . Par contre moi je suis beaucoup plus
    radical sur les mesures à prendre envers les irresponsables qui sont souvent d’une lâcheté abjecte et très préoccupés
    par leur petite personne. J’ai déjà eu l’occasion de vous féliciter face à l’acceptation et de ne pas vous laisser envahir par la haine. Mais , voyez vous , à mon avis , tant qu’il n’y aura pas de dissuasion , il aura toujours autant de gens qui n’hésiteront
    pas à continuer à avoir des comportements assassins !!! je pèse mes mots , mais ils ne sont pas trop forts quand on prend un véhicule dans un état second..

    Une peine très forte devrait être appliquée.. Pas la prison … autre chose …. pour dissuader au maximum … même si il y aura toujours des personnes qui se foutent de tout.. mais essayer quand même autre chose que la quasi impunité face à des actes aussi terribles.

    Je veux rester sur une note positive .. Comme vous l’aviez écrit sur votre carte.. Vive la vie !!
    Bien affectueusement
    Michel et Domi du bassin d’Arcachon

    Répondre
  6. Il faudrait que ton histoire soit connue dans les lycées et universités afin qu’il n’y ai plus de jeunes
    qui prennent encore le volant après une soirée arrosée.
    Je t’admire toujours autant depuis le premier jour qu’on s’est rencontrée, car moi à ta place je pense que je le
    haïrais ce con…. de chauffard.
    BIses

    Fabienne (Massues)

    Répondre
  7. On vient de découvrir le projet de vos amis et le vôtre pour reprendre les beaux chemins de la vie. On ne peut que vous encourager à continuer à vous battre contre l’adversité (« La ligue contre la violence routière » peut, peut-être, vous accompagner pour le côté juridique…) et à faire connaître votre courageux combat plein d’espoir auprès des jeunes générations pour qui la vitesse reste, pour certains, malheureusement un jeu. En ce début d’année, tous nos voeux d’un beau ciel bleu ensoleillé au bout du chemin sur lequel vous repartirez sans nul doute remplie d’énergies positives ! On reste « en route » auprès de vous…bien amicalement, Francis et Lilian

    Répondre
  8. Lettre ouverte à toi Caro

    SI TU M’AUTORISES cette familiarité. Voilà près d’un an, que je te suis ou plutôt que nous te suivons via les exploits d’Hélène et Stéphane au sein de ma classe. Mais je pense sincèrement que c’est toi la véritable héroïne de cette histoire. Toi qui, au quotidien, endure ce drame, ces amputations. Tu es vraiment une personne admirable. Aurions -nous la même force que toi dans de pareilles situations? …
    Des circonstances de vies différentes de la tienne me font penser à ce que tu endures au quotidien. (Mon père a été lui, aussi amputé d’un membre inférieur suite à une maladie liée au diabète.) Tes démêlés avec les avocats me sont aussi familiers. (Nous sommes en procès dans une affaire judiciaire nationale dont je tairai le nom.) En matière judiciaire, il faut vraiment être patient dans notre pays.

    Je te soutiens très fort dans ton combat et je (nous) serai (ons) toujours à tes côtés.

    Amitiés sincères

    Frédéric

    Répondre
  9. Je découvre vos mots Caroline et j’en suis toute remuée .Je suis de tout mon être en quête sensible à votre histoire. Pour le moment les mots me manquent pour exprimer ce que je ressens. Ce qui est sûr c’est que je suis à la fois révoltée et admirative et plus que jamais en questionnement. Je serai attentive à vos différents écrits .

    Répondre
  10. J’ai lu avec grande attention ; trés dur tout celà..courage, et tu n’en manques pas..Bisous

    Répondre

Laissez nous un petit commentaire !

En route avec Caro - tous droits réservés | Mentions légales Réalisation : Thematik.
Partages !