La kinésithérapie à Kerpape

Lorsque j’ai vu Fabienne à la première réunion avec le Dr. Verschoore, je lui ai dit : « Je vous reconnais, vous êtes dans la vidéo sur la rééducation de Francky ». Ça m’a tout de suite réconfortée de savoir qu’elle allait être ma kiné, me disant qu’ayant rééduqué la personne qui m’a fait m’intéresser à ce Centre en particulier, elle devait bien connaître le matériel prothétique sur lequel j’allais travailler. Et bien Fabienne, elle n’a pas seulement une certaine connaissance de mes prothèses, elle a aussi une immense énergie ! Nous sommes restées quatre semaines ensemble, au moins une heure complète par jour (c’est un des avantages de Kerpape : avoir son ou sa kiné pour soi tout(e) seul(e), au minimum une heure par jour). Au bout de trois semaines, nous sommes passées à deux heures par jour – ce qui, au vu de mon emploi du temps, n’a pas été simple à organiser – mais je nageais dans la félicité (moi qui avais tant galéré ces derniers mois à Lyon).

foto06_post17_08

Les premiers temps – enfin, les cinq premières semaines – nous avons passé beaucoup de temps avec mon prothésiste « par intérim », comme il aime le dire, qui avait pris le relais de mon prothésiste lyonnais. Je venais juste de recevoir les prothèses et une des deux emboîtures a dû être modifiée. Mais pas seulement, car Olivier a aussi passé beaucoup de temps à m’apprendre ce qui était possible avec ces genoux. Il n’a pas lésiné sur son temps, ni compté ses efforts. Et ça aussi, ça a eu un impact certain sur mon évolution. Olivier a modifié emboîtures et réglages des prothèses au moins deux fois par semaine, au fur et à mesure que ma marche évoluait, que les pieds se rapprochaient sensiblement, que j’arrivais à passer des obstacles plus hauts…

foto07_post17_08

Lorsque Fabienne est partie en vacances, c’est Marie qui a pris le relais – avec tout autant d’énergie et de passion pour son métier. Merci encore pour tout, Marie « Frau General », j’ai adoré travailler et discuter avec vous ! Maintenant quand je monte ou descend des pentes, je continue de penser à vous.
Et puis, il y a eu aussi Florian, qui est arrivé début juillet pour un stage d’un mois, et grâce à qui nous avons pu plus facilement organiser deux heures de kinésithérapie par jour. Florian vient de la physique et a un point de vue très intéressant – comme beaucoup qui ont fait diverses choses dans leurs vies. Il a inventé plein de petits exercices pour travailler mon équilibre ou soulager mes douleurs. J’ai beaucoup apprécié le « carré-cuisine » comme nous l’appelions : dans un couloir, réussir à marcher en décrivant un carré imaginaire en marches avant, latérales et arrière, sans les cannes, et avec un verre d’eau à la main – autant vous dire qu’il a fallu quelques fois essuyer les sols :-/
Last but not least, j’ai aussi profité des bons conseils de Jenny avec qui j’ai eu aussi quelques séances. Un travail sur le mental qui m’a marquée et dont je me servirai sûrement encore longtemps…
Je vous laisse aux images qui parleront d’elles-mêmes.

caroline

1 commentaire

  1. Bonjour Caroline,

    Tellement magique et émouvant de vous revoir marcher à nouveau !
    Vous êtes pour nous un vrai modèle de courage, de volonté et de ténacité.

    Bravo, bravo et encore bravo !

    Répondre

Laissez nous un petit commentaire !

En route avec Caro - tous droits réservés | Mentions légales Réalisation : Thematik.
Partages !