Le moment où la vie bascule

Comment résumer les quatre premiers mois qui ont suivi un accident survenue en une fraction de seconde ? Oui, le 4 octobre 2014 à 20h40, tout a basculé. Difficile de rentrer dans le détail et de parler du coma, de la période en réanimation, puis de celle en chirurgie-orthopédique. De décrire comment l’on a réalisé que l’on ne peut plus bouger, plus manger seule, plus aller aux toilettes, qu’il faut surtout et par-dessus tout gérer la douleur. Donc, on va faire court sur cette période, et mes prochains posts seront, je l’espère, plus positifs !

Octobre 2014 – J’aurais dû mourir ce soir-là, écrasée contre un mur par une voiture. Je suis arrivée en déchocage à Lyon-Sud, c’est là, il me semble que l’on m’a sauvé la vie. Je me réveille après quelques jours de coma et plusieurs opérations, mais sans mes jambes que les chirurgiens ont dû couper au-dessus des genoux et jusqu’à mi-cuisse pour la gauche. Mon bassin fracturé de multiples fois est maintenu par une cage de titane. J’ai 37 ans, dont 20 de voyages, d’études, d’expériences professionnelles diverses, et je sais que quelque chose vient de basculer, même si la vie continue – puisque je suis toujours là.

Novembre 2014 – Un mois plus tard je suis au centre médico-chirurgical de rééducation et de réhabilitation des Massues à Lyon. Mes membres fantômes si présents, toujours alitée par le fixateur que je dois garder encore deux mois, et connectée à un pansement VAC pour la cicatrisation du moignon gauche. Au moins puis-je débuter les séances de kinésithérapie en travaillant le haut de mon corps.

Décembre 2015 – Peu à peu, je gagne en verticalisation. Le haut du lit relevé à 20 degrés, puis 30 degrés ne me provoque plus de douleur. Rapidement, je vais pouvoir aller jusqu’à 60 degrés et utiliser un fauteuil spécial qui aura la même inclinaison. C’est un soulagement de pouvoir faire quelques tours de roues ; ce sont quelques « pas » vers la liberté.

Janvier 2015 – Quelques jours après le Nouvel an me voilà enfin délivrée de la curieuse excroissance métallique qui se plongeait dans mes os. Enfin je peux m’asseoir à 90 degrés comme avant ! Je conserverai tout de même sûrement à vie une longue vis dans le bas du dos. J’apprends rapidement à faire les tranferts de mon lit au fauteuil, du fauteuil au lit, du fauteuil aux toilettes, des toilettes au fauteuil. Je peux enfin pisser tranquillement, et je ne boude pas mon plaisir ! Se remettre debout et réapprendre à marcher, ça va être une autre histoire…

Pendant tout ce temps, mon premier médicament a été l’affection que j’ai pu recevoir : mon tendre Pierre, ma proche famille, mes amis parfois venus de l’étranger pour me soutenir, les lettres et petits cadeaux… Et puis le personnel encadrant, si patient, si compatissant. A tous, je veux ici vous remercier du fond du cœur. Sachez que même si je n’y ai pas répondu, vos gestes ont été plus qu’appréciés. MERCI ! Et à bientôt pour de nouvelles aventures sur le site…

caroline

77 commentaires

  1. Salut Caro,

    je suis très heureux d’avoir fait ta connaissance à Kerpape, tu as été une super équipière au basket et une super groupie aussi lors des concert de Loco Motiv’ 🙂

    Pour toi, une nouvelle vie commence, remplie de défi, de fantastiques découvertes et de superbes rencontres, tu vas kiffer

    je te souhaite le meilleur et beaucoup de courage pour tous tes projets à venir, tu vas y arriver, c’est certain, il y a tellement de force en toi, c’est flagrant… faut rien lâcher

    n’hésite pas à me faire signe si tu cherches des contacts de gens comme nous plein d’énergie et fous de la vie, j’en ai plein ma besace dans les différentes asso que je fréquente.

    Grosse bise la belle et au plaisir

    Xav, alias javi el chapi

    Répondre
  2. bonjour caroline
    je m’appele medina je suis de lyon je suis vraiment desole pour vos jambes c tres graves je vous souhaite tt le bonheur vous et votre famille vos proche vos enfants … la vie continue hamdoullah vous etes en vie c est sa le plus important j espere que vous aller bien en ce moment

    Répondre
  3. Bonjour Caro , je ne vois plus de vos nouvelles …..Patricie m’a dit que vous étiez partie des Massues et que vous étiez chez vous ? Cela ne doit pas être facile car il faut prendre ses marques mais vos êtes de retour et peu à peu vous serez plus ã l’aise . Je suis pas à pas du moins tour de roue après tour de roue le périple de vos amis . Bravo .
    Je vous embrasse
    Denise

    Répondre
  4. Bonjour Caroline,

    Je suis un élève de l’école Française de Téhéran. Stéphane et Hélène se sont arrêtés dans notre école pour nous parler de leur projet…

    Je te soutien énormément et te souhaite une très bonne rééducation !

    Répondre
  5. Brigitte

    Bonjour Caroline ,
    Comme beaucoup ,je suis Tres touchee par ce qui vous arrives,on ne se rend pas assez compte la chance de pouvoir mettre tout bêtement un pied devant l autre ,de marcher et profiter de la vie .
    Je fait parvenir une participation ,et vivement que nous soyons nombreux à pouvoir vous aider.
    Meme et surtout dans les moments les plus dures ,soyez sûre que nous sommes nombreux à penser a vous .
    Avec toute mon amitié et mon admiration ,je me permet de vous embrasser très fort .
    Brigitte.

    Répondre
  6. Bonjour Caroline,

    Votre témoignage dans le Magazine de la Santé d’hier force le respect et l’admiration.J’ai été ému par votre extraordinaire courage, votre volonté de surmonter cette terrible épreuve , ainsi que par le rayonnement et la paix que vous dégagez.
    Dans notre monde actuel si bouleversé, il est rafraichissant de rencontrer une personne telle que vous, et je pense qu’il serait très important que vous puissiez témoigner, au maximum de vos possibilités dans les écoles, les collèges et les lycées, auprès de nombreux jeunes souvent en manque de repères et qui ont tant besoin de « phares » comme vous.

    A la retraite (âgé de bientôt de 80 ans en Juin prochain), j’ai connu personnellement des épreuves dans ma famille, avec un fils de 49 ans , né sourd profond (à cause de la rubéole) , tout à fait indépendant maintenant , mais qui a nécessité une longue rééducation, et une fille de 46 ans , qui a eu un cancer du vagin (récidivant 12 ans après l’année dernière , une fille « distilbène »), ayant nécessité un traitement à Villejuif.

    Je suis de tout coeur avec vous et je vais vous adresser une modeste contribution afin de vous aider dans l’acquisition de vos prothèses.

    Avec toute ma sympathie et mon admiration. Bon courage à vous .

    Gérard

    Répondre
  7. Chère Caroline

    vous êtes sans doute bien entourée dans cette épreuve et moi je pense que tous ceux qui vous entourent et
    qui vous sont proches ont beaucoup de chance de vous connaitre et de vous côtoyer.
    Vous êtes une personne avec qui on voudrait être ami tout de suite.

    Evidemment votre témoignage que j’ai écouté au magasine de la santé force le respect et tire vers le haut
    les personnes qui auraient tendance à s’écouter sur leurs petits problèmes.

    je vais bien sur participer financièrement en espérant qu’une mobilisation de masse puisse vous faire
    obtenir ce que vous avez besoin pour une vie plus fluide.

    Je voulais vous dire également que vous me donner une leçon de tolérance dans le fait de ne pas vous laisser envahir par la haine .

    Je vais suivre votre site régulièrement pour avoir de vos nouvelles et m’informer sur l’état d’avancement des actions.

    Bon courage Caroline.
    Avec toute ma sympathie et mon affection

    Michel

    Répondre
  8. bonjour caro
    votre témoignage ma beaucoup marqué,
    j espère que beaucoup de gens,ferons un geste pour vous, ,
    nous qui sommes en santé , heureux , travaillons , marchons ,sans se poser la moindre question,
    le monde pourrez vous aider ,leur vie ne changera pas pour un don, mais par conte la votre s embellirez
    bonne chance bisous
    je vais montrer l exemple ,j ai des revenus restreinte, , mais au diable ,vous en avez doublement besoin ,,

    Répondre
  9. Chère Caroline

    vous êtes sans doute bien entourée dans cette épreuve et moi je pense que tous ceux qui vous entourent et
    qui vous sont proches ont beaucoup de chance de vous connaitre et de vous côtoyer.
    Vous êtes une personne avec qui on voudrait être ami tout de suite.

    Evidemment votre témoignage que j’ai écouté au magasine de la santé force le respect et tire vers le haut
    les personnes qui aurait tendance à s’écouter sur leur petits problèmes.

    je vais bien sur participer financièrement en espérant qu’une mobilisation de masse puisse vous faire
    obtenir ce que vous avez besoin pour une vie plus fluide.

    Je voulais vous dire également que vous me donner une leçon de tolérance dans le fait de ne pas vous laisser envahir par la haine .

    Je vais suivre votre site régulièrement pour avoir de vos nouvelles et m’informer sur l’état d’avancement des actions.

    Bon courage Caroline.
    Avec toute ma sympathie et mon affection

    Michel

    Répondre
  10. Bonjour caro
    Je viens de visionner ton histoire sur France 5
    Je suis assommé par ta joie de vie ,ton optimisme et ton courage ….
    Tu es une femme magnifique
    Je n ai pas un dixième de ton mental
    tu es un model dans ce monde
    J espère que tu aura ces prothèses très vite
    Bon courage
    Bises

    Répondre
  11. Bonjour Caroline

    Je viens de lire votre histoire dans Femme Actuelle, je suis impressionnée par le courage que vous montrez dans cette épreuve

    J’espère que ce don vous aidera à avoir vos protheses , je vous souhaite une bonne guerison

    Amicalement

    Francoise

    Répondre
  12. Bon courage caro!!
    Merci d’etre venue nous raconter ton histoire,nous avons tous été émue et heureux de savoir que malgré tout tu a continue a vivre bisous et bonne chance

    Répondre
  13. Jacques

    Chére Caroline,

    effondré par l’irresponsabilité de quelque uns ! ce que ce crétin a brisé dans votre corps nous allons vous aider à le réparer; ce qu’il a stoppé de vos rêves a juste été mis entre parenthèses ;
    bon courage et à très bientôt de vous lire sur le blog de VOTRE voyage !

    Jacques

    Répondre
  14. Zanelli

    Bonjour Caroline,

    J’ai 65 ans.
    La lecture du reportage publié par Le Progrès m’a bouleversée.
    Au delà de la révolte provoquée par les conditions dans lesquelles l’accident a eu lieu,
    je veux rendre hommage à votre courage.
    Et vous remercier pour la leçon que vous donnez à tous ceux (j’en fais partie) qui ont tendance à déprimer et se laisser abattre au moindre soucis.
    Vos amis sont arrivés à Venise, ville chère à mon cœur, et je leur souhaite bonne et belle route jusqu’à Pékin.
    A vous et votre compagnon, je souhaite une belle vie et l’aboutissement de vos rêves.
    La contribution que je vous adresse est modeste, mais elle vient du fond du cœur.

    Régine.

    Répondre

Laissez nous un petit commentaire !

En route avec Caro - tous droits réservés | Mentions légales Réalisation : Thematik.
Partages !