Tibétains hors du Tibet

25 septembre 2015, Garze, Sichuan (Chine), 9719kms

Ça y est, nous nous éloignons progressivement de l’itinéraire de la route de la soie. Nous pédalons maintenant vers le sud, direction l’Asie du sud est. Mais le chemin est encore long. Notre visa de trois mois en Chine nous permet d’arpenter les régions montagneuses des contreforts de l’Himalaya, a la rencontre des populations tibétaines… qui vivent hors de la province du Tibet, loin de Lhassa et de sa notoriété.

Photo 1-1

Une fois descendus du train, nous avons repris nos bicyclettes, direction les hauts plateaux des provinces du Qinghai et du Sichuan. Ces regions faisaient autrefois partie du territoire du royaume du Tibet, avant son annexion par la Republique populaire de Chine en 1950. Mais atteindre ces zones reculees signifie d’abord de sacrees grimpettes! Progressivement, nous prenons de l’altitude en passant des cols aux alentours des 3500m, puis rapidement nous depassons les 4000m, avec un point culminant plus haut que le Mont Blanc, a 4824m! Au total: environ 1500 kms parcourus (on passe la barre des 9000kms, et toujours pas de crevaison!), deux semaines sans descendre sous les 4000m et pas moins de 11 cols gravis. C’est bon pour nos globules, mais un peu costaud pour nos cuisses! Avec une meteo capricieuse, entre orages, averses de neige, eclaircies, vent (pas toujours dans le dos…), nous avons pu profiter de magnifiques lumieres et couleurs d’automne sur des paysages d’abord steppiques puis plus montagneux.

Photo 2-1

 

Photo 3-1

Monasteres, drapeaux a priere, stupas, temples… parsement le paysage de notes colorees et egayent des espaces parfois austeres. Art et spiritualite bouddhistes se melent dans les moindres recoins: mantras dessines sur les collines, peints ou graves sur les rochers; immenses tableaux a flanc de montagne constitues d’innombrables drapeaux multicolores…

 

Photo 5-1

Mais au-dela des paysages et de leur immensite, une fois encore ce sont les gens, les rencontres, les ambiances qui nous ont marques. L’omipresence de moines dans le plus petit hameau, y compris parmi les plus jeunes, temoigne certainement de la vitalite du bouddhisme tibetain. Novices sur le sujet, nous assistons a des ceremonies et rituels, que nous observons d’un oeil curieux… sans rien y comprendre!

Photo 6-1

 

Photo 7-1

Et lorsque ce ne sont pas des temples qui occupent l’espace, les tentes de bergers prennent le relais. Des brebis, mais surtout des yacks par milliers, nous ont divertis pendant les centaines de kilometres de steppe… Plus nombreux que les voitures et les camions (plutot sympas avec les cyclos par ici!), ils nous ont appris a nous mefier de leurs traversees de routes intempestives, meme si les bergers manient la fronde pour tenir leur troupeau! Bergers qui doivent en plus faire avec la presence du loup, que nous avons eu la chance d’apercevoir a une centaine de metres, se desalterant dans une riviere au petit matin! Malheureusement, il s’est eloigne le temps de sortir l’appareil photo… Croyez-nous, meme s’il est un peu flou, il y a bien un loup!

Photo 8-1

 

Photo 9-1

 

Photo 10-1

Plus qu’ailleurs, les bonjours (tachi dele!) et les sourires nous accompagnent tout au long du chemin. Pas toujours facile de discuter, car personne ici ne parle anglais, et relativement peu parlent le mandarin. Apres les Ouighours du Xinjiang, nous croisons une autre « miorite ethnique » de Chine, appelee ici « zang zu » (藏族). A notre surprise, certains enfants sont scolarises en tibetain et apprennent le chinois comme une langue etrangere. Est-ce une chance ou non? On s’interroge… Cela permet sans doute le maintien d’une culture, d’une langue et d’une histoire, mais quelles cles leur donne-t-on pour se construire un avenir dans leur propre pays, dont ils ne maitrisent pas la langue?

Et lorsque nous pouvons engager une discussion, une question nous est souvent posee: comment faites-vous pour le passage des frontieres pendant votre voyage? Alors que nous repondons que nous faisons tout simplement tamponner nos passeports et nos visas, ils nous expliquent que, pour la minorite tibetaine, il est impossible d’obtenir un passeport chinois, et donc de sortir du pays. Tibetains hors du Tibet, mais bien en Chine.

Photo 11-1

helene

6 commentaires

  1. Bonjour

    vous avez fais un très long voyage pour arriver en Chine. Bravo.
    Je vous souhaite un très bon voyage Hélène et Stéphane .
    On a vu votre nouvel article avec ma classe de CM2 de l’école jules ferry.

    Bon continuation.

    Répondre
  2. Je m’interroge quand même, à force de rêves devenant réalités, nous reviendrez-vous toujours autant prêts à la « révolution »?
    La casquette est parfois lourde pour ma petite tête…!
    Magnifiques photos, magnifiques histoires, si vous savez si bien les partager, c’est que tout n’est pas perdu!

    bises

    Sab

    Répondre
  3. 9000 kms sans crevaison !!!!!!!????? Savez-vous encore ce qu’est une rustine ? J’ai ici, chez moi, des tonnes de vélos qui n’arrêtent pas de crever à la moindre sortie … C’est incroyable ça ! Qu’avez-vous mis dans vos pneus ?. On pense à vous très souvent et toute la famille vous embrasse. Vos photos sont belles et vos commentaires vivants ( comme d’habitude ).
    Jean-Pierre Crépet

    Répondre
  4. cousseau

    Ello, le vent ,la neige,le loup…..
    Je rêve en regardant vos photos, et en lisant votre récits, il sont trop beau ces tibétains,surtout les tibétaines,.
    Pour moi je ne crois pas que de ce qu’il me reste a vivre je pourrais allé jusque là, alors dans nos montagne je m’imagine au Tibet avec les couleurs d’automne de nos montagnes.,il y a 3 semaine j’ai réussis a faire le vieux chaillol a partir des Borel,me suis un peu perdu par moment, mais je suis arrivé au sommet ,pas de vent pas de froid ,merveilleux quoi,et bien sur je pensais qu’a vous .
    J’ai aussi vu le loup a 50 m de ma C15 sur la piste de Recour ,alors que je faisait la logistique pour un groupe de Retrouvance,mais pas de photo il ne m’a pas attendu.
    Continuez bien votre périple dans ces lieux magnifique,faite des bisous de ma parts a tout ces habitants.
    Je pense bien a vous.
    A bientôt
    Des bisous
    Gillou

    Répondre
  5. pelloquin

    Coucou les baroudeurs,

    Un petit message aprés la 8ème édition du GAENCIMES qui s’est déroulé ce week end à GAP. On a tous eu une pensée particulière pour stéphane qui était un des piliers de l’organisation……..; Tout s’est bien déroulé et nous avons pu palier ton absence grâce à l’implication de chacun. Comme quoi personne n’est indispensable !!!!
    N’hésitez pas à aller jeter un oeil sur le site internet quand vous trouverez une connection.

    Continuez bien votre périple et continuez à nous faire rêver avec vos belles photos. Et bien sur revenez nous en forme pour la 9ème édition du GAPENCIMES.

    Bises à tous les 2.

    Toute l’équipe de la direction des sports de la ville de GAP

    Répondre
  6. Pour vous et tous ceux qui croisent votre route, ces paroles de Jacques Brel ( enfin je crois ): : »Certaines personnes ont le coeur si vaste qu’ils sont toujours en voyage »
    Merci, et encore merci pour ces moments passés à partager ces émotions

    Répondre

Laissez nous un petit commentaire !

En route avec Caro - tous droits réservés | Mentions légales Réalisation : Thematik.
Partages !